Mise en avant d’information renvoyant vers des articles “libres”

Quelle espérance pour le monde d’aujourd’hui ?

Au moment où les articles sur l’intelligence artificielle se multiplient pour évoquer les dangers possibles de la supériorité de la technique sur l’intelligence de l’homme, demandons-nous quel monde nous voulons laisser à nos enfants. « À ce carrefour du monde, l’humanité est ébranlée et écrasée par les dimensions du progrès qu’elle a elle-même engendré et qu’elle semble incapable de contrôler, d’inspirer ou de dominer. Je crois que le Christ vivant [l’Amour incarné], en germe au cœur de l’être humain et se développant en son sein, peut lui rendre l’espérance en le faisant accéder à une dimension supplémentaire de vie, une Vie de l’Esprit en chacun pour une Vie dans l’Esprit pour tous, qui soit accordée aux aspirations spirituelles de l’être humain et adaptée à la dimension du permanent devenir du monde. » Marguerite Hoppenot, La main de Dieu tome 2, 1968.

Continuer la lectureQuelle espérance pour le monde d’aujourd’hui ?

En route vers Pâques

En ce temps liturgique du carême, particulièrement à l’aube de cette semaine sainte, contemplons Jésus-Christ. Tout au long de sa vie, Jésus-Christ ne cessa de donner et redonner son pardon d’amour, un nouveau don d’amour. Jésus-Christ a été bafoué, ridiculisé, abandonné, trahi, persécuté, crucifié et pourtant il a indéfiniment donné amour pour non-amour jusqu’à l’extrême fin. Jésus-Christ ne cessa jamais de croire en l’être humain créé à l’image de Dieu. En aimant jusqu’au bout, Jésus-Christ a prouvé que l’amour est sans limite, que l’amour ne peut se reprendre. Comprenons que la passion de Jésus-Christ est une passion d’amour. Sur la croix s’achève publiquement la vie terrestre de Jésus-Christ. Pour moi, aujourd’hui, la croix évoque-t-elle uniquement le sacrifice ? le rachat ? l’échec apparent de sa vie ? Prenons conscience que Jésus-Christ est la Révélation du croisement du divin et de l’humain, du visage humain de Dieu et du visage divin de l’homme. Interrogeons-nous : La croix est-elle aussi le croisement en chacun de nous des deux dimensions ? Verticale = relation à Dieu Horizontale = relation à nos frères Le croisement du divin et de l’humain Le croisement de l’Esprit et de la vie. La croix est alors positive. Elle est le signe visible du plus grand Amour, de l’Espérance, de la Vie éternelle. L’Evangile n’est pas seulement l’histoire de Dieu fait homme intervenant il y a 2000 ans dans l’histoire humaine, mais il est l’aventure toujours actuelle, qui doit s’inscrire indéfiniment dans la vie des hommes, la tienne comme la mienne. Marguerite Hoppenot

Continuer la lectureEn route vers Pâques

Faire jeûner en nous nos puissances d’agressivité et de violence

Face à la montée générale de la violence qui conduit visiblement le monde vers un destin absurde, notre vocation très précisément orientée à l’amour vivant nous appelle à la communion fraternelle effectivement vécue et donc à l’unité et à la paix du monde. C’est dans cette perspective que nous vous proposons de faire jeûner en nous toutes nos puissances d’agressivité et de violence. Ainsi contribuerons-nous, pour notre part, à faire advenir une certaine paix, d’abord dans notre propre cœur, puis, à partir de chacun de nous, sur les différents plans de notre vie qui nous interrogent personnellement, que ce plan soit conjugal, social, professionnel, racial, politique, voire ecclésial. Forts de la conviction qui nous habite désormais de la relation vitale qui s’accomplit entre le personnel et l’universel, notre effort de fidélité à faire jeûner nos pulsions agressives éveillera peu à peu en nous un dynamisme de foi et d’espérance par la certitude de contribuer, si peu que ce soit, à notre place, à notre grand projet d’Église. Ce projet d’une ébauche de fraternité universelle, qui habite nos cœurs, portera un fruit de paix. Marguerite Hoppenot – Un être nouveau pour un monde nouveau - 1983

Continuer la lectureFaire jeûner en nous nos puissances d’agressivité et de violence

Une amitié œcuménique

Correspondance Marguerite Hoppenot et le pasteur Marc Boegner entre 1953 & 1969 Les éditions du Cerf publient la correspondance de Marc Boegner et Marguerite Hoppenot, qui nous fait entrer dans l’intimité de ce pasteur qui a tant marqué le XXe siècle. En 1953, le pasteur Marc Boegner rencontre, par le biais d’une cousine, Marguerite Hoppenot, la fondatrice du Mouvement Sève, une fraternité spirituelle au sein de l’Église catholique. Elle est mariée à un homme qu’elle aime profondément et elle partage avec le pasteur un deuil douloureux. Elle a perdu un fils, alors que Marc Boegner vient de se trouver veuf pour la seconde fois. Cette rencontre est à l’origine d’une amitié spirituelle très forte marquée par une correspondance, qui va durer jusqu’à la mort du pasteur. Sous son influence, le Mouvement Sève s’est ouvert au protestantisme. En réciprocité, Marguerite Hoppenot a été un fidèle soutien d’un homme, qui multipliait les responsabilités puisqu’il était président de la Fédération protestante, de la Cimade, de la Société biblique, de la Société des missions et engagé au comité du Conseil œcuménique des Églises, tout en étant pasteur de la paroisse de l’Annonciation. Marc Boegner témoigne de la force de cette amitié : « Nos rencontres ont été ce qu’il y a de plus bienfaisant, de plus enrichissant dans ma vie. La certitude que vous m’avez apporté une aide incomparable et une magnifique impulsion vers la sainteté. » Cette correspondance est passionnante pour plusieurs raisons. D’abord c’est un beau témoignage de foi. Les deux épistoliers parlent de leur spiritualité, de la façon dont ils prient l’un pour l’autre et dont ils s’encouragent dans leurs ministères respectifs. Ensuite, elle nous fait entrer dans le quotidien de Marc Boegner, le poids que représentait l’enregistrement des conférences de Carême, son appréciation sur la présence française dans les colonies, son implication dans l’émergence du mouvement œcuménique et ses engagements publics – au détour d’une phrase, on apprend qu’il lui arrive de conseiller le président René Coty-. Enfin, la correspondance souligne la blessure de la séparation des Églises, Marc Boegner évoque la souffrance de ne pouvoir partager l’eucharistie avec son amie, mais il ajoute qu’elle peut avoir un sens. « J’ai compris plus clairement que notre amitié n’a de sens et de poids que parce que vous êtes ce que vous êtes : une catholique romaine, pleinement convaincue de la vérité…

Continuer la lectureUne amitié œcuménique

Le monde a besoin de ma réponse de Vie pour lutter contre les forces de mort.

Témoignage de Sophie durant une veillée de l'Avent, vécue entre équipes et proches du Mouvement Sève en Normandie. Contemplons le monde bouleversé, avec ses forces de vie et ses forces de mort : est-ce que nous les percevons également en nous ? Quelles réponses personnelles et communes, voyons-nous pour un devenir positif ?  Les forces de Vie et les forces de mort cohabitent dans le cœur de tout homme et en particulier dans mon cœur. De prise de conscience en prise de conscience, j’ai découvert que Dieu me propose de prolonger sa Création et de participer à son œuvre de Vie. Mes expériences vécues d’accueil des forces de Vie, suivies de paix, de sérénité et de joies partagées me prouvent que la seule attitude porteuse de Vie est celle de l’ouverture du cœur aux forces de Vie. Toute autre attitude mène au repli sur soi, à la discorde et étouffe la Vie. À moi de me faire capacité, d’accueillir les forces de Vie - l’Autre en moi - dans ma crèche intérieure, afin de promouvoir l’entente, la paix, l’unité, la communion fraternelle. Voilà donc le sens de Noël : revivre l’événement, accueillir les forces de Vie, incarner l’Amour pour renaître et renaître encore, faire advenir la fille que je suis appelée à devenir et permettre ma transformation spirituelle. Le monde a besoin de ma réponse de Vie pour lutter contre les forces de mort. Le devenir positif du monde dépend de la volonté de tout homme à accueillir les forces de Vie. Tout part du cœur de l’homme et en particulier de mon cœur.

Continuer la lectureLe monde a besoin de ma réponse de Vie pour lutter contre les forces de mort.

Noël, un cœur en forme de crèche.

« Vous me demandez à moi, une grand-mère, de donner mon témoignage sur l'attente de Noël ! Noël, cette fête pour les enfants ... Sans doute parce que, tout au long de ma vie, je n'ai jamais cessé de découvrir que pour fêter vraiment Noël, il fallait se faire un cœur d'enfant... Il faut se faire un cœur d'enfant, c'est-à-dire : - un cœur toujours « largement ouvert » à comprendre l'événement qui va se passer, - un cœur tout prêt à s'émerveiller, - un cœur en attente de quelque chose de tout "nouveau" dont on a soif plus ou moins consciemment, - un cœur de pauvre enfant, qui ne sait pas tout, qui a toujours quelque chose à découvrir ... à découvrir sur le plan de l'amour et sur le plan de la lumière aussi, en somme, j'aime à dire un cœur en forme de crèche ... en attente ! Ce soir, nous sommes au terme de l'Avent. Pour moi, c'est l'Avent de la plus merveilleuse Aventure de l'humanité, et donc de la merveilleuse Aventure de chacun de nous en particulier. Cette Aventure s'est passée, il y a deux mille ans : c'était la naissance d'un enfant, qui portait en lui tout l'avenir du monde, et qui allait être la suprême, l'ultime Révélation... la Bonne Nouvelle de Dieu aux hommes, celle de Dieu qui Est Amour ! Cet enfant allait révéler que Dieu Est Amour et non un grand Monarque. Il allait dévoiler non seulement le visage humain de Dieu demeuré mystérieux jusqu'alors - Dieu, on ne l'avait jamais vu - mais aussi, quelle surprise ! ... Il allait révéler le visage divin de l'homme. Cet enfant... Jésus, « pleinement Dieu, pleinement homme », allait révéler ce croisement du divin et de l'humain au cœur de chaque être humain. Oui, la saisissante révélation de l'homme plus grand que l'homme, celui que nous sommes tous appelés à devenir ! Surtout, ne croyons pas que nous savons tout cela. Non, nous avons besoin de le découvrir et de le re-découvrir sans cesse en le vivant. Or, cette aventure de Noël ne s'est pas passée seulement il y a deux mille ans. Demain soir, ce n'est pas un merveilleux souvenir que nous allons commémorer, par une crèche émouvante d'abord, par une belle cérémonie religieuse, suivie de cadeaux et de festivités de toutes sortes... Non, il faut, pour que nous célébrions Noël par notre propre…

Continuer la lectureNoël, un cœur en forme de crèche.

Le synode et « Le temps du feu »

Marguerite Hoppenot éclaire l’actualité de l’Église synodale par ses écrits « Le temps du feu », publié à l’occasion du Concile Vatican II en 1965. Le synode sur la synodalité a rassemblé 364 membres, dont 45 laïcs et 54 femmes religieuses ou laïques en octobre 2023 à Rome. Des débats à huis clos sur la synodalité, la communion, la co-responsabilité dans la mission et la gouvernance de l’Église, qui inaugure une nouvelle manière de travailler ensemble, une formule voulue par le Pape François. Le rapport synodal « prône une Église ouverte à tous et proche d’un monde blessé » (Vatican News, 28 octobre 2023 VN[1]). Toutes les blessures du monde semblent y avoir été abordées, dans un climat d’écoute où la parole a pu largement s’exprimer. Ces extraits du « temps du feu » sont en écho aux différents thèmes abordés. Le mot « Concile » est remplacé par le mot « synode ». Dans ce contexte, comment ne pas entendre à nouveau la poignante interrogation de Paul VI : « Que faire pour l’Église du Christ ? » Marguerite Hoppenot : « Si l’Église des chrétiens, malgré tout ce qu’elle fait, ne porte pas davantage de fruits de vie, n’est- ce pas la claire indication que, c’est à son être même qu’il faut lui prêter attention, à sa santé profonde, à sa fidélité, à la vie, cette vie du Christ qu’elle a d’abord vocation « d’être », avant d’avoir pour mission de l’engendrer jusqu’à la fin des temps... » En fait, que signifie ce synode ? Marguerite Hoppenot : « Doit-il être considéré par les chrétiens comme l’aube de changements ou comme l’heure du renouveau dans la vie de l’Église ? Est-il le signe de nouvelles orientations ou celui d’une fidèle restauration de son éternel "Orient" ? Je crois qu’un synode est surtout un acte de foi renouvelée en Jésus-Christ. » Si la synodalité vient impulser la collégialité, … Marguerite Hoppenot : « … N’est-ce pas une invitation à restaurer la collégialité en tant que forme de gouvernement… mais plus profondément celle de la collégialité en tant que communauté, car c’est la communauté qui donne à la collégialité sa pleine signification. Ce rappel soulignerait l’exigence centrale qui pèse sur elle : être présence vivante et signe visible de la Vie de Dieu parmi les hommes. » La synodalité, l’avenir de l’Église va donc de pair avec la mission, n’est-ce pas l’occasion de rendre visible pour faire croire ? Marguerite Hoppenot : « Le prodigieux réveil de l’Église et le mouvement dynamique…

Continuer la lectureLe synode et « Le temps du feu »

Radio Notre Dame : Interview par Marie Leïla Coussa de 3 membres du Mouvement Sève

Écoutez Martine, Marie-Hélène et Fleur, passeuses de lumière avec leur témoignage lors de l'émission de Marie-Leïla Coussa sur Radio Notre Dame :Un mouvement d'éveil à la conscience de vivre davantage l'amour au quotidien, pour faire monter la température de l'amour dans le monde !https://mouvement-seve.fr/wp-content/uploads/2023/11/Radio-ND-Rencontre-ITW.mp3 

Continuer la lectureRadio Notre Dame : Interview par Marie Leïla Coussa de 3 membres du Mouvement Sève

Le Mouvement Sève fête ses 85 ans d’anniversaire “Être ensemble passeurs de lumière pour une vie en société”.

Pourquoi ? pour quoi ? Quelle sera la dynamique de cette nouvelle étape ? Nous allons davantage vers une mission commune de Mouvement au cœur de nos Eglises et à l’écoute des appels du monde. Oui, l’heure est venue pour ce message de Dieu à travers la vocation de Sève de parvenir et de s’affronter, en vérité, au monde auquel il est destiné. « Le service le plus urgent qui s’impose à ma vue est le royal service de la lumière, la lumière de l’Amour » nous disait Marguerite Hoppenot. C’est de cette lumière de l’Amour dont nous sommes responsables et dont nous devons être les messagers. « Vous êtes chargés d’annoncer les merveilles de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » 1P 2,9 C’est l’appel que nous lance le 85ème anniversaire : Être ensemble passeurs de lumière pour une vie en société. Cet appel suscitera un nouvel élan « qui ne peut venir que d’un accroissement de lumière sur la vie d’où jaillit l’émerveillement et alors l’enthousiasme et enfin la passion missionnaire. » Membres de la famille Sève, répondons joyeusement à cet appel, afin que notre communion soit contagieuse et porteuse de vie.

Continuer la lectureLe Mouvement Sève fête ses 85 ans d’anniversaire “Être ensemble passeurs de lumière pour une vie en société”.

À tous ceux qui veulent espérer, mes frères

Jésus-Christ dit : - « Vous êtes le sel de la terre » Mt 5,13 - « Vous êtes le levain dans la pâte » - « Vous êtes la lumière du monde » Mt 5,14 Le verbe "être" (Jésus = le Verbe) est le verbe du "devenir", c'est-à-dire le verbe de la vie qui est un devenir sans limites... Et le Verbe "Est" "Amour"... "Vous êtes"... alors, devenez ce que vous êtes, en aimant. Aimer, c'est croire en l'autre. C'est l'amour qui fait être la potentialité divine, le germe divin qui, dans le cœur de tout être humain, est le devenir en puissance de son être, son éternel et universel humain. Tel est le signe de l'égalité "d'être" de tous les hommes. Seul, il permet l'enrichissement de leur diversité. Seul, il peut en assurer le respect et en être le garant. La vie ne naît que de l'unité des diversités mutuellement enracinées dans l'amour. Toute autre attitude est destructrice de vie. L'avenir du monde repose actuellement sur l'avènement de cette prise de conscience et de cette lumière essentielle, révolutionnaire, de Jésus-Christ. Si cette révolution de l'Esprit d'Amour ne s'accomplit pas, nous marchons vers l'autre sorte de révolution : la révolution violente de la volonté d'égalitarisme, la revendication de l'égalité, non pas dans l'être, qui est notre point de rencontre, mais dans l'égalitarisme de nos avoirs, de notre pouvoir et de notre savoir... Communisme... ou communion ? Revendication d'indépendance sous le couvert de liberté... La liberté implique la seule dépendance de l'amour. Elle peut seule réaliser la fraternité. Je comprends pourquoi Jésus-Christ est venu abolir l'ordre de la loi pour l'ordre de l'amour, qui transforme peu à peu "l'obéissance" en "fidélité", qui est la liberté de l'amour, celle des enfants de Dieu. Tel est le défi lancé au monde super-civilisé. Ce sera : - soit la civilisation de l'amour, - soit la décadence dont les prémices sont déjà là ! Or, au sein de cette humanité en vertigineuse mutation, le christianisme en est encore à un stade d'enfance : il est souvent encore dans l'amour sentiment et dans le judaïsme, soumis à la loi. Marguerite Hoppenot extrait de La main de Dieu, avril 1987

Continuer la lectureÀ tous ceux qui veulent espérer, mes frères