A publier sur homepage

Pâques

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle.Pâques« Il faut que tous maintenant nous soyons des réponses, des réponses vivantes – ce qui engage tout : l'esprit, le cœur, la chair, le sang – des réponses vivantes, qui pourraient ressembler à celle de Marie-Madeleine dans l’émouvante séquence de Pâques : « Marie-Madeleine, dis-nous, qu'as-tu vu en chemin ? » - j'ai vu le sépulcre du Christ vivant, j'ai vu la gloire du Ressuscité ; Christ est ressuscité, mon Espérance. » Fondation Février 1982RésurrectionIl ne suffit pas que le mystère pascal soit commémoré par la chrétienté comme une émouvante et pieuse tradition qui, chaque année, la rassemble dans une évocation douloureuse de la passion du Christ et dans l'allégresse de savoir sauvé.Que dire de la Résurrection elle-même avec des mots humains ? Que dire en effet qui ne soit misérable face à l'immensité de cette réalité promise à l'homme, puisqu'elle est la plénitude même de Dieu.Notre propre résurrection ne semble pas pouvoir être un événement spectaculaire, quasi automatique, sans relation intime avec l'évolution de notre être même.Porche de notre vie éternelle, notre résurrection apparaît comme la conséquence logique de notre état « d'être », le point culminant de sa surnaturelle mutation : vivant au-delà du visible et au-delà du temps !C'est pourquoi à la suite de Jésus, mais à notre mesure humaine, cette résurrection me semble devoir s'accomplir comme la lumineuse réponse de Celui qui, en nous, est déjà la Vie et l'Amour même, comme la réponse de plénitude divine enfin donnée aux manifestations, si minimes soient-elles encore, d'une Présence en nous plus grande que notre cœur.Inaugurée dans sa totalité par le Fils de Dieu, la résurrection promise à l'homme apparaît alors comme l'accomplissement d'un don gratuit du Seigneur, ce don de pouvoir devenir Amour, dont le germe déposé dans notre cœur créé à Son image appelle cependant jusqu'au terme notre fidélité pour nous ressusciter pleinement au dernier jour : « Je suis la Résurrection et la Vie ».Il faut que la commémoration atteste que le mystère pascal continue de se vivre, à l'intime de la vie de chaque chrétien, comme le nécessaire et progressif passage de la mort à la vie. C'est cette mystérieuse mutation, qui creuse indéfiniment au cœur de notre être, son sillage de vie ressuscitée jusqu'à la plénitude d'une éternelle résurrection.Ainsi Pâques fête non seulement le…

Continuer la lecture Pâques

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle. La semaine sainte Rejoignons les apôtres et ensemble accompagnons Jésus-Christ dans l'accomplissement de sa passion d'Amour.C’est parce que Jésus-Christ a aimé à la passion, qu’Il a souffert la passion de son Amour.C’est dramatique que, lorsqu’on parle de Jésus-Christ, le mot « passion » prenne toujours le sens de la souffrance alors que, lorsqu’on parle des hommes, il a le sens de « passion d’amour ».C’est l’ultime message de vie que Jésus-Christ nous laissa en mourant sur la croix.En aimant jusqu’au bout, au-delà des trahisons, des abandons, des persécutions, Il a révélé le double sens, indissociable en Lui, du mot « passion » : sa passion de souffrance et sa passion d’amour. Sa passion d’amour qui engendre sa passion de souffrance.La passion d’amour et la passion de souffrance s’engendrent l’une l’autre à l’infini.C’est ce dont Jésus-Christ témoigna.Jésus-Christ a révélé ainsi que l’amour sans limites est impossible à l’homme et qu’il ne peut être que Dieu.Marguerite HoppenotLancement d’année 1986Mettons-nous à l’écoute de la Parole :« Veille sur ton cœur plus que sur toute autre chose, car c’est de lui que jaillissent les sources de la vie » Pr 4,23 Judas et Pierre JudasQui était Judas ? Judas était un homme intelligent. Il aimait son Maître. Il avait beaucoup profité des enseignements de son Maître. Il était là, il aimait son Maître. Et puis il voyait que son Maître avait du succès, on l’admirait, on le suivait. Peu à peu entra dans son cœur : « je pourrais bien faire comme Lui...il n’y en a que pour Lui ». Tiens, tiens voilà qu’un tout petit sentiment de jalousie entre dans le cœur de Judas. Connaissez-vous le cœur de l’homme ? Il est fragile, on ne s’en aperçoit pas. Et puis ce sentiment grandit un peu et voilà qu’un jour Jésus-Christ ne s’est pas fait comprendre. Alors les bonnes raisons arrivent : je vais le faire comprendre, se dit Judas.Il aime son Maître, mais il y a dans son cœur une petite revendication de puissance, le pouvoir, une petite revendication de jalousie...et voilà qu’une bonne raison lui est donnée : « Jésus ne s’est pas fait comprendre, il faut absolument que je le fasse comprendre ».Et le cycle est commencé... Il a été le gage de ceux qui en voulaient à Jésus-Christ et qui ne savaient pas comment…

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle.  5e Semaine de CarêmeCette semaine, il nous est proposé de vivre l'Annonciation.L'éminente et essentielle vocation de Marie est de mettre le Fils de Dieu au monde, et l'ayant mis au monde, d'y appeler, à sa suite, et chacun à sa mesure, l'humanité toute entière.“Mon Dieu, que j'entende au fond de mon cœur, cette annonciation qui commande ton mystère d'Amour en moi.Que ton amour en moi, m'aide à répondre, comme Marie, dans la foi :” Je suis la servante du Seigneur...”afin que s'ouvrent enfin en mon cœur les sources vives de l'Amour.”Mettons-nous à l'écoute de la Parole :“Qui demeure dans l'amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui.”  1 Jn 4, 16Dieu ne se prend pas, il se donneDieu me découvrit peu à peu, et maintenant je sais : Que Dieu ne se prend pas, Il se donne.À tout ce qui est pauvre, dépossédé, démuni,À tout ce qui ne se suffit pas à soi-même,Ne se satisfait pas de soi, ne compte pas sur soi,À tout ce qui a faim,À tout ce qui a soif,À tout ce qui est ouvert,À tout ce qui est dénudé,À tout ce qui consent à être cloué sur sa croix, cet essentiel croisement du spirituel et de l’humain,À tout ce qui crie vers le SeigneurEt espère tout de Dieu seul.Le Seigneur est désormais le maître de la Maison …Qu’il trouve toujours sa demeure attentive, disponible et libre.Marguerite Hoppenot, 1952. Prier c'est aimer « Prier, c'est dilater chaque parcelle du moment présent aux dimensions du monde... aux dimensions du salut du monde »« Ma vocation est pour une mission. Elle est destinée au Règne de Dieu dans le monde, pour sa gloire et pour que sa volonté d'Amour se réalise... Pour que son plan d'Amour aboutisse. Ma vocation n'est pas d'être réservée à un secret échange d'amour avec mon Seigneur, ni de seule sanctification pure. »La main de Dieu,  Pâques 1986« Lorsque l'on parle d'une vocation pour une mission, il faut comprendre que celle-ci vient de bien plus loin que soi, de bien plus grand que soi afin d'aller beaucoup plus loin que soi. Cependant elle doit passer à travers soi, le temps de lui faire prendre vie dans la fidélité de ce qu'elle est. »Lancement d'année 1983Prions en…

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle.  4e Semaine de Carême « La prière c'est le temps sacré des accordailles d'Amour : la nouvelle alliance de l'Être à l'être ... » Mettons-nous à l'écoute de la Parole :« Si quelqu'un m'aime, il observera ma parole, et nous viendrons à lui et nous établirons chez lui notre demeure. » Jean 14, 23 Dieu seul peut se donner Après un long plafonnement dans l'obscurité et dans la soif, j'avais atteint mes limites. Les limites de ce qu'on peut atteindre par ses propres forces et par son propre amour, si grand soit-il.Ma voie jusqu'ici : monter. C'est-à-dire tension vers la perfection par un effort personnel de volonté et d'amour.Route sans issue sur l'infini. Je suis au centre de ma recherche.J'ai soif de sainteté et ne l'atteindrai jamais par ce chemin-là. J'étais stoppée, arrêtée devant la porte du mystère de Dieu.Découverte du chemin de sainteté : monter, c'est descendre.Tout ce qui est du Christ est paradoxe pour notre logique humaine. Il fallait renverser la vapeur, basculer sur l'autre versant. Nous ne trouverons pas Dieu au terme d'un dur combat pour l'atteindre et pour l'acquérir.Dieu seul peut se donner. Nous ne pouvons que nous laisser prendre, envahir par lui. Et pour cela, lui faire la place, nous démettre de nous-même, afin qu’Il puisse s'y établir à demeure.Changement total de perspective spirituelle : il ne s'agit plus de tension, mais d'abandon... de combat, mais de consentement... d'édifier peu à peu sa perfection, mais de conformer sa volonté à la sienne : or la volonté de Dieu, c'est le Christ vivant, l'Amour incarné.Je sais maintenant que la perfection est le fruit de notre effort avec la grâce de Dieu, mais que la sainteté est l’œuvre de Dieu en nous avec notre consentement. »Marguerite Hoppenot, 1950. Prier, c'est aimer « Au début, j'ai eu peur du chemin ; aujourd'hui je suis dans la paix. Dieu m'a montré le but ; je crois que j'ai dit oui du fond de ma faiblesse.Alors je ne regarde ni en arrière ni en avant ; je regarde seulement l'endroit où il faut que je mette le pas, jour après jour, confiante de pouvoir marcher toujours, puisqu'au moment où j'ai dit oui, Dieu m'a prise par la main comme son enfant et que j'ai…

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot  

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle.  3e Semaine de Carême « La prière est d'abord une écoute de Dieu vivant dans ton cœur » Mettons-nous à l'écoute de la Parole :« … sans moi, vous ne pouvez rien faire. » Jean 15, 5 « Tout sur le Christ... Tout miser sur Lui ... » 1957 « Je suis la porte. » Jean 10, 9 Si vous n'incarnez pas l'amour à ma suite, vous ne pouvez rien faire. Vous ne pouvez pas être artisan du Royaume de Dieu dans le monde, la fraternité universelle, la civilisation de l'amour.« Je suis la porte.»L'amour est la porte d'entrée du chemin.Jésus-Christ est le chemin qui conduit au Royaume fraternel des hommes.La porte est étroite qui y conduit... Elle est étroite en effet, parce que l'amour n'habite que les pauvres de soi... ceux qui ont consenti à perdre leur "moi-centre", leur "égocentrisme" pour faire place à l'amour. Dieu est Amour. C'est le "qui perd gagne".Consentir à se perdre, à perdre son "ego" pour trouver : l'amour, la paix, la joie...Le "oui" de Marie est l'unique secret de l'accès à cette "porte ouverte"...Marguerite Hoppenot 1990. Prier c’est aimer "Epheta", ouvre-toi, accepte de ne jamais perdre la toute petite clé, qui ouvre tous les secrets de cette nouvelle naissance : la pauvreté de soi. C'est cette toute petite clé du Royaume, qui opère la transparence du cœur et fait pressentir alors les promesses du soleil de midi.  « Pour vivre la pauvreté de soi [condition de l'amour], il faut connaître la parcelle divine en soi, qui est la source de l'infini, et mon "moi" qui est la source de mes limites. C'est la croissance de l'amour en nous qui fait mourir notre moi-centre...L'amour c'est la présence divine en notre cœur, car Dieu est Amour. »Marguerite Hoppenot 1987  Laissons-nous interroger par l'appel du Christ :- Veux-tu re-choisir, aujourd'hui, l'Amour comme chemin de ta vie ?« Je suis le chemin, la vérité et la vie. » Jean 14,6

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot  

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour, pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle. 2e Semaine de Carême« La prière est une permanente accordaille d’amour à Celui que nous nommons Dieu qui est amour, lumière, communion, vie ! » Faisons silence et mettons-nous à l'écoute de la Parole : « Mon fils, donne-moi ton cœur et que tes yeux s'appliquent à suivre mes voies. » Prov. 23, 26. « Tout part du cœur de l'homme, de son être, porteur d'un germe de vie divine. »Transformation du cœur de l’homme Choisir un autre ordre de démesure, celui de l’intériorité, non plus dans l’ordre quantitatif de l’agir, mais dans l’ordre qualitatif de l’être, et de l’être Amour, secret de toute communion.L’ordre de la vie « Je suis la Vie. »Face aux problèmes du monde, on a tout essayé, armes offensives et défensives, même la « guerre des étoiles », arme défensive absolue, considérée elle-même comme cause de guerre …Le cœur de l’homme, la transformation du cœur de l’homme par l’Esprit de Dieu, l’Esprit d’Amour, est le secret de l’atome agrégateur des hommes, du Royaume fraternel des hommes, face à l’atome désagrégateur découvert par les hommes.Il s’agit de conversion permanente par la transformation de notre être profond, habité par ce germe d’amour en notre cœur, cette étincelle de l’Esprit, dont nous sommes le temple - ceci afin de nous laisser « christianiser » en vérité, afin de devenir « christianisant ».Présence de Christ… si peu que ce soit, sa transparence.Mystère inépuisable de la Nouvelle Alliance ! et cependant d’une essentielle simplicité qui nous appelle désormais, non plus seulement à une obéissance à la loi, mais à des « accordailles » d’amour avec Jésus-Christ. Nous découvrons dans l’émerveillement, que c’est en nous « accordant » sans cesse à Jésus-Christ qui est Amour, que nous nous « accordons » toujours davantage les uns aux autres.Marguerite Hoppenot, 1985. Prier, c’est aimer“Présence de Christ… si peu que ce soit, sa transparence.”  Aujourd’hui, puis-je discerner les obstacles qui entravent l’ouverture, la conversion de mon cœur pour des accordailles d’amour ? Quelle fidélité suis-je appelé(e) à vivre afin de contribuer à faire advenir, si peu que ce soit, cette présence d'amour dans le monde ? En toute liberté, prions :Seigneur, vivant en chacun,parle à mon cœur,en ce temps de vie des profondeurs,que j’ai décidé de te consacrer chaque jour.Oui, Seigneur parle…

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Ensemble, vivons un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle.1re Semaine de Carême« La prière n'est-elle pas une conversation avec son Père, un temps et un lieu d'intimité avec Dieu... »  Faisons silence et mettons-nous à l’écoute de la Parole :« Je te séduirai et je te parlerai au cœur… » Osée 2.16 Sur la conversionSe convertir, est-ce seulement changer peu à peu sa mentalité ? Est-ce modifier progressivement sa manière d’agir en conformité avec une morale type ? Est-ce poser des actes de religion ? Est-ce pratiquer un culte rendu à un Dieu extérieur à l’homme et appelant hommage, sacrifice et soumission absolue ?Ou bien se convertir, est-ce avoir reconnu Celui qui est la source de sa vie, le principe vivant et l’accomplissement final de son être, et se laisser saisir par lui du dedans afin que s’ouvrant peu à peu au mystère divin qui, en puissance, habite déjà tout homme, il retourne progressivement son cœur ?Retourner son cœur, c’est le décentrer de son ‘moi’ – ce centre naturel hélas si puissamment attractif – pour l’orienter vers un ‘au-delà de soi’ devenant son centre surnaturel. Ce retournement du cœur – qui nous ordonne à l’amour – secret de toute vie de société, introduit notre être dans une sorte de gravitation universelle, ce mouvement combien significatif d’attraction et de communion pour lequel il est fait et auquel nul ne peut échapper sous peine d’être ‘perdu’.Être sauvé, n’est-ce pas échapper enfin à la mortelle prison de son ‘moi’ ?Pour chacun de nous, être sauvé par l’amour, n’est-ce pas, à la suite de Jésus-Christ, sauver une parcelle d’amour incarné dans le monde ?Marguerite Hoppenot 1967 « Prier c'est aimer »Dieu interpelle notre fidélité à travers ce que nous vivons :  Chaque jour, puis-je oeuvrer à ce retournement de mon cœur pour y accuellir la source d'Amour ?

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Ensemble, vivons  un chemin d’intimité avec le Seigneur, une conversion à l’amour pour que l’Esprit du Christ prenne vie en nous et que notre vie devienne vraiment fraternelle.Nous vous proposons de partager chaque semaine quelques écrits de Marguerite Hoppenot, extraits du livre Prier, c'est aimer  (Éditions Mediaspaul) pour approfondir la « Prière ».Mettons-nous à l'écoute de la Parole :« Voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je prendrai le repas avec lui et lui avec moi. » Ap. 3, 20.Ai-je le désir de faire de ce carême, un temps d'intimité avec le Seigneur, un temps de conversion à l'amour pour que l'Esprit du Christ prenne vie en moi et que ma vie devienne vraiment fraternelle ?

Continuer la lecture Vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot

Importance primordiale de l’attitude intérieure

Plus importante que la « conversion » à une Église, m’apparaît d’abord l’exigeante conversion générale et vitale à Jésus Christ, notre « Cep » commun. Le plus important n’est-il pas que ceux qui se sentent appelés au grand labeur de l’Unité chrétienne comprennent qu’ils doivent d’abord consacrer leurs efforts à devenir chacun, au sein de leur confession respective, des chrétiens plus authentiquement évangéliques en incarnant plus fidèlement le message d’Amour qui leur est commun. Ainsi prépareraient-ils ensemble et l’un comme l’autre, l’avènement du climat indispensable au rapprochement nécessaire sur le plan collectif. Cela implique un respect mutuel de l’autre, cette pauvreté de cœur qui abolit tout esprit de supériorité et donc toute distance insurmontable. C’est à cette condition seulement que rencontre et dialogue pourront être vraiment objectifs et fraternels et que l’ouverture d’amour qui en découlera permettra alors l’effusion de la lumière. Ce retour à l’unité ne doit pas être attendu comme une soumission pure et simple, mais comme l’exigence d’un dépassement de chacun vers une transcendance commune. Marguerite Hoppenot – 1955 Pleins pouvoirs à l’Esprit Saint

Continuer la lecture Importance primordiale de l’attitude intérieure

Epiphanie

L’épisode des Mages se révèle d’une étonnante richesse spirituelle pour notre propre vie si nous ne le réduisons pas à un évènement historique sans lendemain [...] Il nous précise que cette découverte du Christ, bien que personnelle, ne se fait pas individuellement, mais avec d’autres, en communauté, en Eglise si je puis dire. En effet, toute grande aventure digne de ce nom nécessite la solidarité d’une équipe orientée vers un but commun. Que dire alors de l’aventure prodigieuse tendue vers la découverte du Dieu vivant !Il nous donne enfin un conseil de sagesse, indispensable à ceux qui viennent de faire une découverte exaltante : avant de vouloir la communiquer, il nous faut la faire nôtre, la vivre à notre tour. En effet, au seuil de leur retour, une voix se fit entendre aux Mages, les incitant fermement « à revenir par un autre chemin ». Par ces mots, cette voix intérieure ne disait-elle pas discrètement aux Mages : ne soyez ni superficiels, ni étourdis. Celui que vous avez vu et découvert, Celui en qui désormais vous croyez, vous êtes actuellement incapables de le communiquer, sans risquer de laisser altérer votre foi naissante, voire de la perdre, en vous laissant atteindre par les critiques extérieures et les arguments négatifs qui vous assailliront.« Retournez par un autre chemin » le chemin du silence intérieur et de la contemplation d’où naîtra l’expérience de la vie. Seule elle fera la preuve et vous convaincra de la vérité de ce que vous avez vu. [...] C’est alors que vous serez prêts à communiquer votre foi au monde et à « aller dire ce que vous avez vu » et reconnu dans le miroir de votre vie.Marguerite Hoppenot, 1969Cette vie qui m’est donnée

Continuer la lecture Epiphanie