Qu’est-ce que le Mouvement Sève pour vous ? Marguerite Hoppenot ? le Gaillardin ? retour sur une session, sur un événement…

Sauver des vies

  • Post published:17 février 2021
  • Post category:Témoignages

Voici le témoignage d’un membre du groupe de Sève dans la Vie Professionnelle à St Malo Je n’appartiens pas au monde de l’entreprise. Je suis professeur des écoles. J’enseigne dans une école maternelle publique de ZEP à Saint Malo. Je fais partie d’une équipe Sève depuis 2016. Outre sa devise (Être Aimer Servir Unir) l’autre grande, énorme, gigantesque, merveilleuse découverte a été d’apprendre que nous portions TOUS, en nous, un germe de vie divine ! Cela a littéralement transformé ma perception de la vie. Le savoir est une chose. Le vivre au quotidien en est une autre ! Aussi, lorsque j’ai entendu parler de Sève Vie Professionnelle, ma première réaction a été enthousiaste. Deux activités accaparent à elles seules une grande partie de nos 24 heures : le sommeil1 et le travail. Être chrétien au sein de l’école laïque revient à être muet au pays des bavards. Mon acheminement Sève m’a enseigné que tout est affaire d’abord d’attitude, de regard, d’attention, d’écoute, de bienveillance, de services rendus, d‘harmonie, ... Donc, avant d’intégrer l’équipe Sève Vie Professionnelle, je m’évertuais à faire discrètement du Sève dans mon activité professionnelle avec le sentiment de le faire comme Monsieur Jourdain fait de la prose… Je ne sais plus précisément si on est venu me chercher ou si j’ai laissé transparaître si fort mon envie d’intégrer cette équipe naissante qu’on m’y a invité. Bref ! Je me suis retrouvé un soir autour d’une grande table avec de très nombreux amis et des têtes inconnues. Soudain, mon enthousiasme s’est effondré : « Mais qu’est-ce que je fais là ? » Autour de moi, des chefs d’entreprise, des médecins, des pilotes d’avion, des cadres, mais des fonctionnaires, aucun ! Et encore moins des profs. Quant à la maternelle … !        Gloups ! J’ai tout de suite évacué l’idée du dîner de c.. Il n’y avait aucune assiette sur la table. Personne n’a alors entendu le grand paf provoqué par le contact bref de ma main avec mon front : pris de panique j’avais oublié de respirer! Chez Caroline et Luc, l’air inspiré est empreint de l’esprit Sève. Quel idiot ! Je suis alors redevenu moi-même. Être et ne pas paraître, c’est important ! C’est au cours de cette première rencontre que j’ai découvert qu’affirmer sa Foi dans le monde du travail en général, était mal perçu. Ne pas…

Continuer la lecture Sauver des vies

Sève et la vie professionnelle

  • Post published:29 novembre 2020
  • Post category:Témoignages

Au début des années 80, l’âge de la fin de l’adolescence, l’acheminement, la pédagogie de Sève et la grâce des rencontres avec Madame Hoppenot, m’ont nourri et permis d’envisager la vie avec une toute autre dimension : celle d’un commencement et d’un chemin, celle des prises de conscience et des découvertes faites en équipe, en particulier que chacun porte en lui un germe divin. C’est depuis une clef de vie essentielle et éternelle dans ma famille et auprès de mes amis. Il y a ensuite des années d’une vie dite active où, toujours chemin faisant, nous nous demandons comment, au-delà du « faire à 100 % », au-delà d’un projet de carrière, d’un développement, y compris personnel, il est possible d’avancer dans cet environnement professionnel qui n’est pas toujours hostile mais pas non plus toujours favorable :– Comment je regarde ceux avec qui je travaille ?– Quelle attitude en cas de conflit ?– Est-ce que je construis, nous construisons un projet ensemble ?– Ce projet a-t-il un sens ? Lequel ? Il y a 7 ou 8 ans maintenant, un conseil proposé lors d’une formation professionnelle a tout changé.En cas de difficulté relationnelle au Bureau, il peut être positif de simplement poser une question, droit dans les yeux, à la personne avec laquelle il y une difficulté.Cette question est : Qu’est-ce que tu proposes ?La conviction avec laquelle cette question est posée et le regard avec lequel elle est posée offrent à la personne de pouvoir donner sa réponse à une difficulté. Cette question – qu’est-ce que tu proposes ? – a agi comme un révélateur. Les découvertes faites il y a plusieurs années lors de l’acheminement s’incarnent aussi, au-delà du cercle familial et amical, dans la vie professionnelle. Et en plus, comme fruit, cela permet d’être en accord entre ce que je suis chez moi et ce que je suis au boulot : un lien d’unité entre la vie personnelle et la vie professionnelle.Comme un nouveau clin d’œil, c’est peu de temps après que j’ai été accueilli par l’équipe Sève en entreprise et que nous avons cheminé et réfléchi, aidé par beaucoup d’entre vous ici présents.Pourquoi et comment proposer un chemin de Sève, pleinement en Sève, incarné dans la vie professionnelle : ce qui est devenu Sève dans la vie professionnelle. Les 80 ans du Mouvement nous ont aussi poussés, provoqués même, à…

Continuer la lecture Sève et la vie professionnelle

Le cœur qui parle

  • Post published:25 novembre 2020
  • Post category:Témoignages

On te montrait des peuples qui mourraient de faim, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « partage » qui te revint. Alors, cet être, dont tu disais qu’il était insignifiant… Je t’ai vu courir vers lui comme on court vers un ami Pour lui donner ce à quoi tu tenais tant ! Et j’ai compris que tu avais compris…. On te montrait des exilés, rejetés au plus bas, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « intégration » qui te frappa. Alors, cet être dont tu disais qu’il était irrécupérable… Je t’ai vu t’approcher de lui comme on s’approche d’un ami Et l’introduire dans ta famille en l’invitant à ta table ! Et j’ai compris que tu avais compris…. On te montrait des pays qui étaient en guerre Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « paix » qui seul pouvait te satisfaire. Alors, ce collègue à qui tu mettais des bâtons dans les roues… Je t’ai vu t’intéresser à lui comme on s’intéresse à un ami Et l’aider ensuite à accomplir sa tâche jusqu’au bout ! Et j’ai compris que tu avais compris… On te montrait des cohortes de drogués, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « détresse » qui te choquait. Alors ce délinquant dont tu disais qu’il n’était bon à rien J’ai vu que tu posais sur lui le regard qu’on pose sur un ami, Pour ensuite marcher à ses côtés et porter son chagrin ! Et j’ai compris que tu avais compris… Oui… tu avais compris que l’infiniment petit est à l’échelle de l’infiniment grand, Et que, par conséquent, pour toi ce poème… n’était déjà plus un poème… Mais le chemin où t’avait conduit ton premier « oui »… En un mot… à ta petite mesure… ta nouvelle vie ! Agnès de Pontbriand (+) « Je dédie ce poème à Marguerite Hoppenot qui m’a fait faire un formidable nombre de prises de conscience, qui…

Continuer la lecture Le cœur qui parle

Vers la pandémie d’amour

Un tout petit virus invisible à l’œil nu nous a envahis et mis l’humanité à genoux, nous faisant tous expérimenter notre vulnérabilité que plusieurs en étaient venus à oublier. La révolution technologique, fruit de la science à laquelle nous avons accordé tous les droits, a alimenté notre sentiment d’invulnérabilité et, par voie de conséquence, notre suffisance. Nous avons cru pouvoir tout obtenir automatiquement et immédiatement en un clic. Mais voilà que notre monde et notre vie ont été complètement chamboulés. Habitués à voir se développer nos capacités d’accéder aux confins de la terre voire de l’univers, nous voilà confinés chez nous et placés devant l’univers le plus négligé, celui de notre vie intérieure où tout à coup une solitude nouvelle s’invite à notre table.Tous, qui que nous soyons, sommes forcés, sauf exceptions, à mettre de côté le faire et confrontés à regarder l’univers de notre être personnel, conjugal, familial, social et ecclésial. Au-delà des personnes affairées aux services essentiels, nous faisons l’expérience de notre inutilité apparente en étant appelés au courage et à la solidarité de rester chez nous. Nous sommes invités à apprendre à être en amont de nos élans à faire.A la fois, une belle occasion nous est offerte de rester chez nous pour entrer en nous, en soi pour se regarder et regarder les nôtres en nous questionnant sur notre être ensemble. A quelle vie aspirons-nous ? A quel monde ? Que sommes-nous devenus personnellement et ensemble ?Pour nous, membres de Sève, ne serait-ce pas le temps de revisiter la pertinence de la vocation dans laquelle nous sommes engagés ? Comme certains l’ont déjà fait lors de la célébration du 25 janvier dernier à Paris. Ne serait-ce pas le temps de nous questionner sur la pertinence de la merveilleuse devise qui nous a été transmise pour devenir les pierres d’assise sur notre chemin ?Devant cette vulnérabilité nouvelle, que sommes-nous appelés à devenir personnellement et ensemble ? Comment sommes –nous interpelés à aimer pour devenir ces êtres d’amour issus des mains et du coeur de notre Créateur qui n’est qu’Amour et non ce Dieu punisseur qui nous infecte pour nous punir de nos infidélités ? Comment nous mettre au service de cet être amour en soi et entre nous pour faire advenir cette civilisation de l’amour ? Et alors, alimenter l’unité tant recherchée au travers et au-delà de la diversité…

Continuer la lecture Vers la pandémie d’amour

Sève et nos engagements dans l’Eglise

  • Post published:12 février 2020
  • Post category:Témoignages

Comment cette lumière de Sève nous porte dans nos engagements dans l’Église ? J’aimerais témoigner de la manière dont les écrits de Marguerite Hoppenot et ce que je vis à Sève éclaire ma vie de chrétien, mon espérance et mes activités au sein de l’Église. Sève me porte dans la relation aux autres. Les 3 P. (Préjugé favorable, Pureté d’intention et Pauvreté de soi, dans le sens de se distancier de son ego) permettent d’ouvrir une relation en vérité et laisse une place à Jésus-Christ quand je rencontre quelqu’un. Marguerite Hoppenot parlait de « circulation d’amour » pour évoquer l’Esprit Saint, je tâche de laisser cette circulation agir entre l’autre et moi.Pour donner un exemple, cette approche de l’amour vécu imprègne mon engagement scout. Responsable d’un groupe, je cherche à contribuer à l’épanouissement des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. Récemment, une jeune adulte me confiait de manière touchante « Lorsque tu m’as proposé de devenir cheftaine, je ne savais pas si j’en étais capable, mais ta confiance en moi, à travers cette demande, m’a permis de m’affirmer dans ces responsabilités. » Cette étudiante s’est véritablement révélée dans ce rôle auprès des jeunes qu’elle encadre. « Tu portes en toi plus grand que toi. » Cette parole de Marguerite Hoppenot résonne en moi. Elle élargit la dimension humaine vers une perspective divine dans toute relation : à soi-même, aux autres et à Dieu.Je crois que c’est cela que Sève apporte à l’Église : placer l’amour vécu au centre. Dans nos associations, nos communautés paroissiales et dans le monde, l’incarnation concrète de l’Évangile éclairée par l’esprit et la pédagogie de Sève nous amène à construire le Royaume là où nous sommes.Bertrand

Continuer la lecture Sève et nos engagements dans l’Eglise