Qu’est-ce que le Mouvement Sève pour vous ? Marguerite Hoppenot ? le Gaillardin ? retour sur une session, sur un événement…

Chemin de conversion avec Marguerite Hoppenot

« Si le temps nous est imposé par la pandémie, j'ai senti l'urgence de ne pas me disperser et finalement de choisir. Il y a tant de tentations de toute sorte ! Oui, ce fut un grand moment de pouvoir répondre à votre proposition de vivre un temps de Carême avec Marguerite Hoppenot Répondre à cet appel fut pour moi une grande joie et un rendez-vous immanquable tout au long de ces semaines. Pourquoi ? Je suis partie du désir profond de vivre cette proposition quotidiennement. La lecture de l'Évangile associée aux textes de Marguerite Hoppenot et les questions m'ont permis de vivre ce chemin, de réfléchir et au fond d'accéder à une conversion de mon cœur. Le chemin était orienté vers la vie intérieure, devenue incontournable pour reconnaître la Présence du Christ en moi. Pour que ma vie devienne plus fraternelle, j'ai mis à l'épreuve ma fidélité. Comment ne pas être re-connaissante de faire partie de notre Communauté, de notre vivre ensemble dans l'invisible et de vivre même la communion entre nous. J'ai été certes transformée de comprendre que seul le chemin de conversion va engendrer le retournement du cœur, sa transformation : tout miser sur le Christ « Dieu premier servi, rechoisir l'Amour comme chemin de Vie ». Au fil des semaines je ne pouvais plus abandonner ce rendez-vous. Toute la journée, une phrase s'incarnait petit à petit en moi pour « donner vie au monde et sur le monde ». Les phrases comme : « Dieu seul peut se donner » : une grande émotion m'a étreinte ; « Garder ma main dans la sienne » : cela me parlait et ravivait mon être isolé mais habité ; Le texte de Marguerite H. m'a éclairée sur le consentement : « Dieu ne se prend pas, il se donne » : est-ce que je comprends qu’Il attend mon consentement ? Puis, nous avons eu la chance de revivre l'Annonciation, thème majeur de ma vie, lorsque j'ai entendu Marguerite H. nous dire : « Veux-tu ? » Et durant la semaine sainte, « Judas a un germe de vie divine » : incroyable ! « Où se niche ta petite impureté qui peut engendrer de graves conséquences ? » : véritable examen de conscience. Puis Pâques et la Résurrection, le passage de la Mort à la Vie : j'y crois profondément ; oui, je consens à essayer « d’être une réponse vivante qui engage tout ». Merci infiniment de tout votre travail merveilleux, votre présence et votre unité ; j'ai pu vivre tous ces temps sacrés, lumineux et profonds…

Continuer la lecture Chemin de conversion avec Marguerite Hoppenot

Dixième anniversaire de la renaissance de Sève au Québec

Marguerite Hoppenot, en octobre 1987, a rencontré quelques personnes à Ottawa, qui avaient été saisies, deux ans plus tôt, par ses réponses à Jacques Chancel durant l’interview, dans une émission de télévision.Au Canada, Marguerite a rencontré des jeunes, des évêques, et de nombreuses personnes. Beaucoup d'espoirs étaient nés, mais le feu s'est éteint en 1995... Cependant, Marguerite a semé un germe dans le cœur de Richard, qui avait rejoint une première équipe Sève au Québec en 1989. Ce germe a grandi et mûri, et c'est au premier trimestre de 2011, que renaissait Sève au Québec. La première rencontre eut lieu à Laval (en banlieue de Montréal), environ une semaine après le décès de Marguerite Hoppenot. Quand la vie a été vraiment semée, elle reprend toujours.Aujourd'hui, trois équipes veulent fêter cet événement. Pour Richard, Christiane et Mireille, le noyau animateur de Sève Canada, c'est important parce que mars 2011 correspond au mois du décès de Marguerite Hoppenot et à la renaissance de Sève au Québec. De plus, le 18 mars constitue le jour anniversaire de la première rencontre entre Richard et Marguerite Hoppenot en 1993 à Paris. Richard y voit un signe que la mort peut être source de vie par l’amour semé dans les cœurs des vivants."Aujourd'hui Sève est à l'étape de la mission, mission de la lumière. Il s'agit de donner vie à la Parole, pour qu'elle soit parole vivante. Et la vie conduit à la lumière. Il nous semble que, à cette étape, il serait bon de retracer l'origine et l'histoire de la renaissance de Sève au Québec, à travers l’œuvre de l'Esprit."Le 10e anniversaire au Québec sera célébré en trois temps, sous le thème : « Ensemble porteurs de la lumière » :en mars 2021, « Un germe en devenir », un album souvenir des 10ères années de la vie de Sève au Québec depuis sa renaissance ;en juin, par un regard sur le présent « Engendreurs de fils et filles de la lumière de la vocation », divers événements artistiques dont une vidéo et des chants ;en octobre, un lancement vers l’à-venir « Ensemble porteurs de la mission de la lumière pour l’Église et le monde ».

Continuer la lecture Dixième anniversaire de la renaissance de Sève au Québec

Sève et la vie professionnelle

  • Post published:29 novembre 2020
  • Post category:Témoignages

Au début des années 80, l’âge de la fin de l’adolescence, l’acheminement, la pédagogie de Sève et la grâce des rencontres avec Madame Hoppenot, m’ont nourri et permis d’envisager la vie avec une toute autre dimension : celle d’un commencement et d’un chemin, celle des prises de conscience et des découvertes faites en équipe, en particulier que chacun porte en lui un germe divin. C’est depuis une clef de vie essentielle et éternelle dans ma famille et auprès de mes amis. Il y a ensuite des années d’une vie dite active où, toujours chemin faisant, nous nous demandons comment, au-delà du « faire à 100 % », au-delà d’un projet de carrière, d’un développement, y compris personnel, il est possible d’avancer dans cet environnement professionnel qui n’est pas toujours hostile mais pas non plus toujours favorable :– Comment je regarde ceux avec qui je travaille ?– Quelle attitude en cas de conflit ?– Est-ce que je construis, nous construisons un projet ensemble ?– Ce projet a-t-il un sens ? Lequel ? Il y a 7 ou 8 ans maintenant, un conseil proposé lors d’une formation professionnelle a tout changé.En cas de difficulté relationnelle au Bureau, il peut être positif de simplement poser une question, droit dans les yeux, à la personne avec laquelle il y une difficulté.Cette question est : Qu’est-ce que tu proposes ?La conviction avec laquelle cette question est posée et le regard avec lequel elle est posée offrent à la personne de pouvoir donner sa réponse à une difficulté. Cette question – qu’est-ce que tu proposes ? – a agi comme un révélateur. Les découvertes faites il y a plusieurs années lors de l’acheminement s’incarnent aussi, au-delà du cercle familial et amical, dans la vie professionnelle. Et en plus, comme fruit, cela permet d’être en accord entre ce que je suis chez moi et ce que je suis au boulot : un lien d’unité entre la vie personnelle et la vie professionnelle.Comme un nouveau clin d’œil, c’est peu de temps après que j’ai été accueilli par l’équipe Sève en entreprise et que nous avons cheminé et réfléchi, aidé par beaucoup d’entre vous ici présents.Pourquoi et comment proposer un chemin de Sève, pleinement en Sève, incarné dans la vie professionnelle : ce qui est devenu Sève dans la vie professionnelle. Les 80 ans du Mouvement nous ont aussi poussés, provoqués même, à…

Continuer la lecture Sève et la vie professionnelle

Le cœur qui parle

  • Post published:25 novembre 2020
  • Post category:Témoignages

On te montrait des peuples qui mourraient de faim, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « partage » qui te revint. Alors, cet être, dont tu disais qu’il était insignifiant… Je t’ai vu courir vers lui comme on court vers un ami Pour lui donner ce à quoi tu tenais tant ! Et j’ai compris que tu avais compris…. On te montrait des exilés, rejetés au plus bas, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « intégration » qui te frappa. Alors, cet être dont tu disais qu’il était irrécupérable… Je t’ai vu t’approcher de lui comme on s’approche d’un ami Et l’introduire dans ta famille en l’invitant à ta table ! Et j’ai compris que tu avais compris…. On te montrait des pays qui étaient en guerre Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « paix » qui seul pouvait te satisfaire. Alors, ce collègue à qui tu mettais des bâtons dans les roues… Je t’ai vu t’intéresser à lui comme on s’intéresse à un ami Et l’aider ensuite à accomplir sa tâche jusqu’au bout ! Et j’ai compris que tu avais compris… On te montrait des cohortes de drogués, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « détresse » qui te choquait. Alors ce délinquant dont tu disais qu’il n’était bon à rien J’ai vu que tu posais sur lui le regard qu’on pose sur un ami, Pour ensuite marcher à ses côtés et porter son chagrin ! Et j’ai compris que tu avais compris… Oui… tu avais compris que l’infiniment petit est à l’échelle de l’infiniment grand, Et que, par conséquent, pour toi ce poème… n’était déjà plus un poème… Mais le chemin où t’avait conduit ton premier « oui »… En un mot… à ta petite mesure… ta nouvelle vie ! Agnès de Pontbriand (+) « Je dédie ce poème à Marguerite Hoppenot qui m’a fait faire un formidable nombre de prises de conscience, qui…

Continuer la lecture Le cœur qui parle

Vers la pandémie d’amour

Un tout petit virus invisible à l’œil nu nous a envahis et mis l’humanité à genoux, nous faisant tous expérimenter notre vulnérabilité que plusieurs en étaient venus à oublier. La révolution technologique, fruit de la science à laquelle nous avons accordé tous les droits, a alimenté notre sentiment d’invulnérabilité et, par voie de conséquence, notre suffisance. Nous avons cru pouvoir tout obtenir automatiquement et immédiatement en un clic. Mais voilà que notre monde et notre vie ont été complètement chamboulés. Habitués à voir se développer nos capacités d’accéder aux confins de la terre voire de l’univers, nous voilà confinés chez nous et placés devant l’univers le plus négligé, celui de notre vie intérieure où tout à coup une solitude nouvelle s’invite à notre table.Tous, qui que nous soyons, sommes forcés, sauf exceptions, à mettre de côté le faire et confrontés à regarder l’univers de notre être personnel, conjugal, familial, social et ecclésial. Au-delà des personnes affairées aux services essentiels, nous faisons l’expérience de notre inutilité apparente en étant appelés au courage et à la solidarité de rester chez nous. Nous sommes invités à apprendre à être en amont de nos élans à faire.A la fois, une belle occasion nous est offerte de rester chez nous pour entrer en nous, en soi pour se regarder et regarder les nôtres en nous questionnant sur notre être ensemble. A quelle vie aspirons-nous ? A quel monde ? Que sommes-nous devenus personnellement et ensemble ?Pour nous, membres de Sève, ne serait-ce pas le temps de revisiter la pertinence de la vocation dans laquelle nous sommes engagés ? Comme certains l’ont déjà fait lors de la célébration du 25 janvier dernier à Paris. Ne serait-ce pas le temps de nous questionner sur la pertinence de la merveilleuse devise qui nous a été transmise pour devenir les pierres d’assise sur notre chemin ?Devant cette vulnérabilité nouvelle, que sommes-nous appelés à devenir personnellement et ensemble ? Comment sommes –nous interpelés à aimer pour devenir ces êtres d’amour issus des mains et du coeur de notre Créateur qui n’est qu’Amour et non ce Dieu punisseur qui nous infecte pour nous punir de nos infidélités ? Comment nous mettre au service de cet être amour en soi et entre nous pour faire advenir cette civilisation de l’amour ? Et alors, alimenter l’unité tant recherchée au travers et au-delà de la diversité…

Continuer la lecture Vers la pandémie d’amour

Sève et nos engagements dans l’Eglise

  • Post published:12 février 2020
  • Post category:Témoignages

Comment cette lumière de Sève nous porte dans nos engagements dans l’Église ? J’aimerais témoigner de la manière dont les écrits de Marguerite Hoppenot et ce que je vis à Sève éclaire ma vie de chrétien, mon espérance et mes activités au sein de l’Église. Sève me porte dans la relation aux autres. Les 3 P. (Préjugé favorable, Pureté d’intention et Pauvreté de soi, dans le sens de se distancier de son ego) permettent d’ouvrir une relation en vérité et laisse une place à Jésus-Christ quand je rencontre quelqu’un. Marguerite Hoppenot parlait de « circulation d’amour » pour évoquer l’Esprit Saint, je tâche de laisser cette circulation agir entre l’autre et moi.Pour donner un exemple, cette approche de l’amour vécu imprègne mon engagement scout. Responsable d’un groupe, je cherche à contribuer à l’épanouissement des enfants, des adolescents et des jeunes adultes. Récemment, une jeune adulte me confiait de manière touchante « Lorsque tu m’as proposé de devenir cheftaine, je ne savais pas si j’en étais capable, mais ta confiance en moi, à travers cette demande, m’a permis de m’affirmer dans ces responsabilités. » Cette étudiante s’est véritablement révélée dans ce rôle auprès des jeunes qu’elle encadre. « Tu portes en toi plus grand que toi. » Cette parole de Marguerite Hoppenot résonne en moi. Elle élargit la dimension humaine vers une perspective divine dans toute relation : à soi-même, aux autres et à Dieu.Je crois que c’est cela que Sève apporte à l’Église : placer l’amour vécu au centre. Dans nos associations, nos communautés paroissiales et dans le monde, l’incarnation concrète de l’Évangile éclairée par l’esprit et la pédagogie de Sève nous amène à construire le Royaume là où nous sommes.Bertrand

Continuer la lecture Sève et nos engagements dans l’Eglise