Sève et la vie professionnelle

  • Post published:29 novembre 2020
  • Post category:Témoignages

Au début des années 80, l’âge de la fin de l’adolescence, l’acheminement, la pédagogie de Sève et la grâce des rencontres avec Madame Hoppenot, m’ont nourri et permis d’envisager la vie avec une toute autre dimension : celle d’un commencement et d’un chemin, celle des prises de conscience et des découvertes faites en équipe, en particulier que chacun porte en lui un germe divin. C’est depuis une clef de vie essentielle et éternelle dans ma famille et auprès de mes amis. Il y a ensuite des années d’une vie dite active où, toujours chemin faisant, nous nous demandons comment, au-delà du « faire à 100 % », au-delà d’un projet de carrière, d’un développement, y compris personnel, il est possible d’avancer dans cet environnement professionnel qui n’est pas toujours hostile mais pas non plus toujours favorable :– Comment je regarde ceux avec qui je travaille ?– Quelle attitude en cas de conflit ?– Est-ce que je construis, nous construisons un projet ensemble ?– Ce projet a-t-il un sens ? Lequel ? Il y a 7 ou 8 ans maintenant, un conseil proposé lors d’une formation professionnelle a tout changé.En cas de difficulté relationnelle au Bureau, il peut être positif de simplement poser une question, droit dans les yeux, à la personne avec laquelle il y une difficulté.Cette question est : Qu’est-ce que tu proposes ?La conviction avec laquelle cette question est posée et le regard avec lequel elle est posée offrent à la personne de pouvoir donner sa réponse à une difficulté. Cette question – qu’est-ce que tu proposes ? – a agi comme un révélateur. Les découvertes faites il y a plusieurs années lors de l’acheminement s’incarnent aussi, au-delà du cercle familial et amical, dans la vie professionnelle. Et en plus, comme fruit, cela permet d’être en accord entre ce que je suis chez moi et ce que je suis au boulot : un lien d’unité entre la vie personnelle et la vie professionnelle.Comme un nouveau clin d’œil, c’est peu de temps après que j’ai été accueilli par l’équipe Sève en entreprise et que nous avons cheminé et réfléchi, aidé par beaucoup d’entre vous ici présents.Pourquoi et comment proposer un chemin de Sève, pleinement en Sève, incarné dans la vie professionnelle : ce qui est devenu Sève dans la vie professionnelle. Les 80 ans du Mouvement nous ont aussi poussés, provoqués même, à…

Continuer la lecture Sève et la vie professionnelle

Qu’est-ce qu’aimer ?

On peut donner mille définitions de l’amour. Pour éclairer notre sujet je voudrais, aujourd’hui, vous proposer celle-ci :Aimer, c’est se mettre à la place de l’autre, jusqu’à devenir progressivement l’autre…Mais seule, la présence en nous de Jésus-Christ qui est l’Amour même, peut nous faire aimer de cette manière-là, qui nous ouvre aux autres, nous relie aux autres, nous fait devenir « les autres ».Pour rencontrer les autres, il faut, évidemment, « sortir de chez soi ». Car il n’y a pas de place en notre cœur en même temps, pour nous et pour les autres, pas plus qu’il n’y a de place à la fois pour nous et Jésus-Christ.Il nous faut donc consentir à ce que le double amour du Christ et de nos frères élimine peu à peu notre amour de nous-mêmes, nous dépossède, nous exproprie, en quelque sorte, de notre « moi » à leur profit.Aimer, c’est également accueillir, recevoir en notre cœur. C’est faire en sorte que nul ne se sente jamais seul auprès de nous, jamais étranger chez nous.

Continuer la lecture Qu’est-ce qu’aimer ?

Le cœur qui parle

  • Post published:25 novembre 2020
  • Post category:Témoignages

On te montrait des peuples qui mourraient de faim, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « partage » qui te revint. Alors, cet être, dont tu disais qu’il était insignifiant… Je t’ai vu courir vers lui comme on court vers un ami Pour lui donner ce à quoi tu tenais tant ! Et j’ai compris que tu avais compris…. On te montrait des exilés, rejetés au plus bas, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « intégration » qui te frappa. Alors, cet être dont tu disais qu’il était irrécupérable… Je t’ai vu t’approcher de lui comme on s’approche d’un ami Et l’introduire dans ta famille en l’invitant à ta table ! Et j’ai compris que tu avais compris…. On te montrait des pays qui étaient en guerre Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « paix » qui seul pouvait te satisfaire. Alors, ce collègue à qui tu mettais des bâtons dans les roues… Je t’ai vu t’intéresser à lui comme on s’intéresse à un ami Et l’aider ensuite à accomplir sa tâche jusqu’au bout ! Et j’ai compris que tu avais compris… On te montrait des cohortes de drogués, Et tu savais que tu n’étais pas coupable, Mais ton cœur, Oui… ton cœur Te redisait de quoi tu es capable, Et c’est le mot « détresse » qui te choquait. Alors ce délinquant dont tu disais qu’il n’était bon à rien J’ai vu que tu posais sur lui le regard qu’on pose sur un ami, Pour ensuite marcher à ses côtés et porter son chagrin ! Et j’ai compris que tu avais compris… Oui… tu avais compris que l’infiniment petit est à l’échelle de l’infiniment grand, Et que, par conséquent, pour toi ce poème… n’était déjà plus un poème… Mais le chemin où t’avait conduit ton premier « oui »… En un mot… à ta petite mesure… ta nouvelle vie ! Agnès de Pontbriand (+) « Je dédie ce poème à Marguerite Hoppenot qui m’a fait faire un formidable nombre de prises de conscience, qui…

Continuer la lecture Le cœur qui parle

Création nouvelle

Seigneur, ouvre mon cœur à l’Amour toujours davantage afin qu’il s’ouvre à ta lumière. Alors du « tout » comme du « peu » que je suis, du peu que je fais,du peu que je vis, fais une création nouvelle… indéfiniment.Voici ma prière.Alors, rien n’est jamais la fin, c’est toujours un nouveau commencement, c’est toujours Noël. S’interroger sur le sens de sa vie, c’est cela se convertir. La conversion n’est pas réservée aux chrétiens. C’est retourner son cœur et l’ouvrir à d’autres valeurs, pour les chrétiens, celles de l’Evangile. Pour certains, c’est l’œuvre soudaine d’une certaine turbulence de l’Espritmais généralement, c’est une œuvre de longue durée. A travers ta quête de bonheur, ta soif de vivre, quel chemin vas-tu faire ? quel chemin dois-tu faire pour devenir un vivant éternel, « présence vivante » là où tu es, artisan de Royaume, pionnier d’une civilisation de l’Amour ? Jésus-Christ nous a dit : « Je suis le chemin » Jn 14,6 Fils de Dieu qui est Amour, le chemin est donc l’amour vécu, l’amour incarné, sans limites. Marguerite Hoppenot, 1981Un être nouveau pour un monde nouveau

Continuer la lecture Création nouvelle

Configurés au Christ

Lorsque je pense à la somme des efforts accomplis par les apôtres de notre temps dans l’ordre de l’adaptation des méthodes apostoliques, afin de rejoindre les hommes, je ne puis m’empêcher de rêver à l’efficacité sans mesure que représenterait cette même somme d’efforts si elle était orientée d’abord, par ces mêmes apôtres, à leur adaptation personnelle et à leur configuration au Christ qui est Amour.Pour le Christ, il n’y avait pas de problème d’adaptation aux hommes.Il était parfaitement adapté à tous, qu’ils soient grands de ce monde ou misérables : qu’ils soient hommes, femmes, enfants…L’amour n’est-il pas, dans son essence même, adaptation à tous les êtres ?Pour être fidèle à sa mission, le Christ s’est uniquement préoccupé d’être configuré à Son Père. C’est ainsi qu’Il fut parfaitement "adapté" à rejoindre tous les hommes de tous les temps.Pour être fidèles à notre mission d’apôtres, au lieu de nous attarder à des recherches réitérées de méthodes, l’unique essentiel, la préoccupation majeure n’est-elle pas d’abord d’être, nous aussi, configurés au Christ afin d’être, à notre tour, toujours adaptés au frère que le Seigneur met sur notre chemin.Marguerite HoppenotMidi sur le mondech. Configurés au Christ

Continuer la lecture Configurés au Christ

A l’image de Dieu

La première promotion humaine réside donc dans une augmentation de l’être : exister consciemment, passer de l’inconscience, c’est-à-dire de l’inconsistance, à l’être conscient qui a une substance et qui devient par là même un matériau apte à l’incarnation, apte à être, si l’on peut dire, transsubstantié.L’Amour ne peut prendre corps que dans un être existant. C’est tout le problème de l’incarnation par lequel, s’il y consent, l’homme se prépare à travers un chemin de mort et de vie, à la seconde étape : être Amour.N’est-ce pas la leçon de l’Ancient Testament où Dieu forme, éduque, punit, redresse, conduit son peuple de l’état de l’inconscience à celui de la conscience. Étape capitale par laquelle l’homme est préparé à pouvoir recevoir son Dieu, en Jésus-Christ. Étape à partir de laquelle l’homme, jusqu’à la fin des temps, est placé devant l’option du "oui" ou du "non" pour une incarnation continuée.Tout effort apostolique, missionnaire, éducatif même devrait, me semble-t-il, se référer à cette lumière-là.C’est alors que "l’être-amour", c’est-à-dire l’homme en vie de Jésus-Christ, en dynamisme vital d’expansion et d’union, peut prétendre à la troisième étape de son évolution dans l’ordre des réalités divines, à savoir : réaliser peu à peu, avec ses frères, l’être un, fruit collectif d’un dynamisme d’Amour contenu en chacun."L’être un" apparaît ainsi comme étant la cellule de base de l’Église de Jésus-Christ : plusieurs en un, en mystère d’unité, foyer de vie.Cette cellule une, en mouvement trinitaire, est un principe vivant d’Église, une semence de Royaume. "Le champ, c’est le monde. La semence, ce sont les fils du Royaume. "(Mat. 13, 38)Cette vue relative à la croissance de "l’être" a des répercussions infinies quant à l’homme, les rapports des hommes entre eux et leurs rapports avec Dieu.Marguerite HoppenotMidi sur le mondech. A l’image de Dieu

Continuer la lecture A l’image de Dieu

De “La main de Dieu”

  • Post published:14 novembre 2020
  • Post category:Veille media

Compte-rendu paru dans la Nouvelle Revue Théologique - Belgique Revue n° 142/4 (2020) p.694 -La main de Dieu de Marguerite Hoppenot.Il s’agit ici du journal de la fondatrice du Mouvement Sève, mouvement d’action catholique, faisant suite à un premier volume, Au Creuset de l’Absolu, paru en 2018.L’origine en est les petits cahiers dans lesquels écrivait Marguerite Hoppenot, à la demande de son père spirituel le p. Carré : ceux-ci ont été retravaillés en ayant enlevé les éléments concernant de trop près sa vie familiale. Le reste étant resté intact et présent, malgré la disparition d’un cahier, c’est bien quatorze ans de la vie d’une femme à la foi aussi ardente que son engagement pour l’évangile que nous pouvons suivre ici.Car, bien plus que la chronologie d’une fondation, c’est le journal spirituel puissant d’une grande mystique que nous découvrons. Alors qu’elle est une femme mariée, elle mesure bien que les voies de la mystique ne lui sont pas fermées mais bien ouvertes à elle comme à tous et que cette vie avec le Seigneur ne se joue pas à l’exclusion de la vie maritale mais peut bien s’y conjoindre. Elle parle d’ailleurs souvent de son mari Philippe comme un immense don que Dieu lui a fait. Si elle est la récipiendaire de grandes lumières, les crises ne l’épargnent pas mais sa vie spirituelle, si vivante, lui fait demander la grâce de suivre toujours sa vocation. Ses notes lumineuses sont ainsi fortes d’inspiration pour une vie chrétienne vécue en plein monde.Le contexte historique n’est pas non plus anodin : ces lignes s’écrivent en effet entre la fin de la guerre et le début du concile Vatican II. Il est fascinant de suivre les questions préconciliaires brûlantes qui habitent cette femme de feu : la place des laïcs mais aussi celle de l’œcuménisme comme nous pouvons le remarquer à son amitié si belle avec le pasteur Boegner, qui la pousse dans un désir avivé d’unité. Ses mots portent parfois la dureté du choc avec « l’Église des clercs » - question toujours d’actualité avec le cléricalisme dénoncé par le pape ? - mais, humblement, elle reconnaît que, s’ils ont le pouvoir de parler, elle a celui d’écrire au plus grand nombre et, que, surtout, malgré les critiques, elle vit et désire vivre l’essentiel : se situer toujours dans la « main de Dieu ».Isabelle Payen de La Garanderie

Continuer la lecture De “La main de Dieu”