Résurrection ? Passage de la mort à la vie.

La Résurrection " Que dire de la Résurrection elle - même avec des mots humains ? Il ne suffit pas que le mystère pascal soit commémoré par la chrétienté comme une émouvante et pieuse tradition qui, chaque année, la rassemble dans une évocation douloureuse de la passion du Christ et dans l'allégresse de se savoir sauvé. […] Non, il faut que cette commémoration atteste que le mystère pascal continue de se vivre, à l'intime de la vie de chaque chrétien, comme le nécessaire et progressif passage de la mort à la vie. C'est cette mystérieuse mutation, qui creuse indéfiniment au cœur de notre être son sillage de vie ressuscitée, jusqu'à la plénitude d'une éternelle Résurrection. […] Ainsi, Jésus Christ s'est révélé le jardinier par excellence de l'être humain, Celui qui dévoile les lois universelles et éternelles de toute croissance de vie. Celui qui dit de Lui-même : « Je suis la vie », révèle à l'homme le maître secret de son développement et des mystérieuses mutations de son être, de son état naturel à son état surnaturel puis éternel. […] Le symbole du jardinier est le signe, que l'aventure du Christ Vivant à prolonger dans le monde est un labeur de germination, celui de la Sève de Vie qui doit traverser, victorieuse, toutes les saisons. Il lui faut du temps et avoir recours à toutes les délicatesses et toutes les patiences de l'Amour. » Marguerite Hoppenot - Cette vie qui m'est donnée, la plus haute Aventure- 1969 - Prenons-nous assez de temps d'intériorité, pour laisser cette sève de Vie traverser, victorieuse, toutes les saisons de notre vie ? "Je suis la Résurrection et la Vie : celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra ; et quiconque vit et croit en moi, ne mourra jamais » Jean 11, 25-26 Seigneur, augmente en nous la foi.

Continuer la lectureRésurrection ? Passage de la mort à la vie.

Face à l’impensable, le monde se réveille brusquement…

  • Post published:22 mars 2022
  • Post category:Actualités

Face à l’impensable, le monde se réveille brusquement...Face à la guerre qu’on ne croyait plus possible, comment ne pas se sentir frères de tous ceux qui souffrent de la folie du pouvoir ? Unissons-nous à la communion de prières qui se manifeste. « Comment ne pas être convaincus et ne jamais l’oublier » comme le disait déjà Marguerite Hoppenot en 1983 que : « Le seul vrai lieu du désarmement, son lieu essentiel, c’est le cœur de l’homme. Toutes les hostilités visibles ou invisibles, avouées ou non avouées, toutes les guerres, de la plus partielle à la plus universelle, prennent là leur source, même les conflits religieux. C’est pourquoi, afin de former progressivement en nous et en chacun ce cœur ouvert à l’amour et donc à la communion fraternelle et à la paix, il faut être attentif à ne jamais lutter « contre » quelque chose ou quelqu’un, mais toujours « pour » un but, qui leur est supérieur. Et cela éperdument, inlassablement ! C’est la ligne positive d’une vie ! Disparait ainsi, peu à peu, toute agressivité négative – en fait destructrice – qui ferme le cœur et obscurcit le regard, au profit des énergies positives de l’amour, seules porteuses d’un chemin de lumière, de vérité, de justice, d’union et de paix ». En ce temps de carême, que notre cœur se laisse interpeler par Isaïe 58,6-8 : « Le jeûne qui me plait, n’est-ce-pas ceci : faire tomber les chaines injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N’est-ce-pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice et la gloire du Seigneur fermera la marche ». Sur quel plan vais-je me laisser bousculer, personnellement et en tant que Mouvement Sève ? Partageons nos initiatives. A l’appel du pape François le mercredi des cendres, que chacun réfléchisse pour faire un jeûne qui affecte vraiment sa vie concrète. « La charité et le jeûne ne sont pas des remèdes seulement pour soi mais pour tous. Ils peuvent, en effet, changer l’histoire ». Veillons les uns sur les autres pour nous garder dans la paix et l’Espérance. En chaleureuse communion avec chacun d’entre vous. La communauté responsable du Mouvement Sève  

Continuer la lectureFace à l’impensable, le monde se réveille brusquement…

L’état du monde appelle à un sursaut

L’heure des urgences a sonné. L’état du monde appelle à un sursaut. Le tout est de savoir si nous en sommes capables. L’heure n’est plus à venir, elle est venue. Soljenitsyne * a dit : « Les hommes ont oublié Dieu, tout vient de là. » Mais qui est Dieu ? On prétendait ouvrir un nouvel horizon à l’homme, et on a commencé à le priver de toute perspective, on l’a enfermé en lui-même. Il y a un quart de siècle, on a crié « la mort de Dieu ». Il n’y a pas pire homicide pour l’humanité. Si les hommes ont oublié, ou voulu l’oublier, n’est-ce pas pour l’avoir montré si pareillement défiguré ! La confusion n’est-elle pas dramatique : la mort de Dieu, que l’on voulait à tout prix, n’est-elle pas celle du Dieu de la Toute Puissance extérieure, contraignante et aliénante, dont les croyants ont professé l’identité, défigurant ainsi la véritable identité de Dieu qui est celle de l’Amour, puissance de Vie, d’une vie sans limites et d’une vie fraternelle et « une » ? D’une façon surprenante, Malraux a dit : « l’avenir du monde sera religieux ou ne sera pas ». Je crois qu’à cette affirmation, il faudrait une légère modification : « le monde sera spirituel ou ne sera pas » ; car le spirituel » est l’exigence, qui s’impose à toutes les religions pour être le ferment de leur « convergence », cette orientation vers l’union qui porte la signature de Dieu. Le grand danger du monde est de se livrer à la division. Le spirituel est la plus grande dimension de l’humain. L’Esprit d’amour est l’essence et l’unique secret de la convergence et de l’union fraternelle des êtres humains. Or, cet Esprit d’amour est l’Esprit de Dieu qui est l’Amour, et il est présent dans le cœur de tous les êtres. Marguerite Hoppenot – Un être nouveau pour un monde nouveau - mai 1983 *Alexandre Soljenitsyne (1917-2008) écrivain russe

Continuer la lectureL’état du monde appelle à un sursaut